recensione di: J. Lafond, Lire, vivre où mènent les mots